vendredi 29 juillet 2011

Ces herbes qui résistent aux OGM : Palmer Amaranth



Voici la plus illustre des résistantes, j'ai nommé : Miss Palmer Amaranth. De la (vieille) famille des amarantes.

Palmer Amaranth, connue sous le nom de "careless pigweed" par l'US Department of Agriculture, est une herbe sauvage et comestible. Ses longues racines lui permettent de s'abreuver en profondeur et de résister à la sécheresse. Elle se passe très bien des engrais, de l'irrigation et des pesticides, ce qui démontre sa grande autonomie. Las ! Elle est un casse-tête pour les exploitants des OGM.

Evil Pigweed !
Depuis cette funeste année 2004 où un agriculteur de Georgia (in my mind) a découvert des plants de l'herbe au milieu d'un champs transgénique arrosé de Round Up, l'amarante palmée est devenue l'ennemie numéro 1 de la communauté pro-OGM aux Etats-Unis. Plutôt que de l'appeler : "negro" ou "communist" ou encore "arab terrorist", les agriculteurs l'appellent avec un tremblement dans la voix : Superweed, parce qu'elle a en une quinzaine d'années acquis des gènes de résistance à plusieurs pesticides, dont le glyphosate utilisé dans les OGM. Ils l'appellent aussi : "evil pigweed", littéralement : mauvaise herbe à cochon. Les amis des cochons s'en offusquent. D'autres y voient un compliment et rappellent les qualités nutritionnelles des amaranthes.

Une famille nombreuse, une vieille famille
Les quelques soixante espèces d'amaranthe l'ont fait apprécier sur tous les continents. Ainsi, les malais consomment ses feuilles qu'ils appelent Bayam, tandis que 'herbe est connue sous le nom de mchicha en swahili. Les Aztèques l'appelaient Huautli et voyaient en elle un aliment de choix et une plante sacrée. tout comme les Grecs, d'ailleurs puisque l'amaranthe, littéralement "qui ne flétrit pas" était associée à la Déesse Artémis et vue comme un symbole d'immortalité.

D'un point de vue généalogique, la famille de Miss Palmer est donc une très vieille famille. Des graines d'amaranthe, dont l'âge a été estimé à 5500 ans, ont été trouvées dans les grottes de Tehuacan Puebla au Mexique. Mangée encore aujourd'hui par les habitants des régions andines, l'amaranthe avait pourtant été interdite par la couronne d'Espagne, en raison de son importance dans la culture aztèque et de son association avec le Dieu Huitzilopochtli...


A suivre

Crédit photo : Aaron Hager

Sources : mother Jones, wikipedia, Atlas de biologie Stock

2 commentaires: